Correction

« Il y a deux erreurs sur l’erreur, l’une de la surestimer, l’autre de la sous-estimer. »
Edgar Morin

 

 

 

 

Une correctrice professionnelle, pour un texte soigné.

 

 

 

 

1. C’est quoi une correction de texte ?

Que vous ayez l’intention de soumettre votre texte à une maison d’édition ou de vous autoéditer et de publier votre manuscrit sur une plateforme de diffusion, il est indispensable de vous assurer que votre texte est impeccable.

Dans le premier cas, vous voulez mettre toutes vos chances de votre côté afin de garantir une belle expérience de lecture au comité de lecture. Et Dieu sait  le Dieu des comités de lecture, surtout – que lire un texte propre, bien présenté et sur lequel on ne trébuche pas toutes les 5 lignes gagne déjà toute notre attention.

Dans le second cas, votre dieu, c’est le lecteur qui viendra à vous et qui n’est pas moins exigeant. Et là aussi, vous souhaitez lui offrir une expérience de lecture qui lui permettra d’aller jusqu’à oublier qu’il est en train de lire et de s’évader complètement dans votre univers.  

 

Vous devez vous assurer qu’il ne présente plus :

  • ni de fautes orthographiques (Zut, on écrit « une faute de language ou de langage » déjà ?)
  • ni de fautes grammaticales (Et pour ce faire – et non pour se faire – rien de mieux qu’une vraie correction)
  • ni de fautes de conjugaison (C’est bon, je l‘envois maintenant mon texte ? Ah non, c’est pas bon là, j’envoie la correction avant !)
  • ni de fautes syntaxiques (Pour « pallier vos bourdes » et non pour « pallier à vos bourdes »)
  • ni de fautes sémantiques (« C’est la deuxième bourde ou la seconde ? » J’ai bien peur qu’il s’agisse de la deuxième, parce qu’il y en a d’autres qui arrivent derrière…)
  • ni de coquilles (Vous savez ces lettres qui viennent à manquer dans un mot « une erreu », ou ce mot que l’on a répété sans le voir « j’ai j’ai bien relu pourtant ! »)

 

Et quand vous avez vérifié tout ça ? Ben ce n’est pas fini.

 

Il reste les normes typographiques, ma parole !

Les espaces à respecter, la ponctuation adéquate, les tirets adaptés, l’italique au bon endroit, etc.
Par exemple, saviez-vous que le tiret correct pour le dialogue était celui-ci : — ?
Il est sacrément long, et c’est pour ça qu’il s’appelle « tiret long« .
Rien à voir avec le « tiret moyen » que j’utilise  ou que vous pouvez utiliser  comme des parenthèses.
Rien à voir non plus avec le « tiret court » dont nous nous servons pour relier un mot à l’autre, n’est-ce pas ?  

 

Mais quel enfer ! (Avouez, c’est ce que vous êtes en train de penser…)

Vous n’avez effectivement pas choisi la langue la plus simple dans laquelle écrire, mais maintenant que l’on y est, autant lui faire honneur, non ?   

 

  

 

Edgar Morin le spécifie bien, il ne faut pas sous-estimer l’erreur (vous avez pu constater qu’elle pouvait se cacher sous bien des formes…) mais il ne faut pas non plus la surestimer.

Certes, on vous pardonnera toujours d’avoir loupé une coquille, d’avoir mal accordé un COD dans une phrase biscornue, en revanche, on ne vous pardonnera pas à répétition.

Un lecteur, qu’il soit professionnel ou amateur, ne vous laissera pas plus d’une page avant d’abandonner la lecture si elle est trop accidentée. Non seulement vous leur gâchez leur expérience, mais vous perdez définitivement en crédibilité.

Vous leur indiquez – consciemment ou non – que vous n’avez pas estimé que votre texte méritait d’être relu, corrigé et présenté dans la meilleure version possible. 

 

Vous l’aurez compris, c’est une balle que vous vous tirez dans le pied.  

 

correction de texte extrait  

 


 

2. Que fait un correcteur professionnel ?

Je ne peux pas parler pour les autres, mais en ce qui me concerne, je peux vous proposer de m’assurer que tous les points cités au-dessus sont vérifiés, corrigés et doublement examinés par un logiciel professionnel de correction.

Tout mon travail sera visible, puisque je fonctionne avec l’outil « Révision » sur Word qui vous indique en marge de la page tout ce qui a été fait dans votre texte. Et bien sûr, je réponds à vos questions si vous ne comprenez pas telle ou telle correction.  

Aussi, rassurez-vous, mon travail est respectueux et fidèle à votre texte. Vous le retrouverez (presque) tel qu’il était. Mais tout propre !
À aucun moment, je ne me permets de réécrire un passage, ou toute une phrase (je peux en revanche vous indiquer qu’il y a un problème à cet endroit et vous suggérer une réécriture), ni ne chercherait à uniformiser votre texte au détriment de votre style.
Corriger ne veut pas forcément dire : appliquer toutes les règles de la langue française à votre texte. 
Si vos personnages dialoguent en faisant sauter les négations, je ne vais pas les remettre à tout prix. Je comprends bien qu’il s’agit dans ce cas-là d’un choix de langage, d’un choix conscient de l’auteur, vous.
Si vous écrivez dans un style brut, avec peu de connecteurs ou liens logiques, je ne vous pourchasserai pas avec des « et », des « donc » et des « ensuite ».

Corriger, c’est avant tout cibler les erreurs, et corriger en fonction de l’univers du texte afin de lui garantir une cohérence de bout en bout.
Par exemple, vous commencez votre texte en écrivant le mot « île » avec un accent, mais plus tard je le retrouve écrit sans accent. Les deux graphies sont acceptées ; la seconde, sans accent, fait partie des rectifications de l’Académie française. Mon rôle n’est pas de trancher, sauf si c’est ce que vous me demandez explicitement, mais de vous signaler que vous devez homogénéiser (et donc choisir une graphie ou l’autre pour TOUT le texte).  

 

PS. Si vous vous rendez compte que vous cherchez plutôt un service de relecture, je vous redirige sur la page consacrée ici.  

 


 

3. Comment se passe la correction de mon texte ?

 

Rien de bien compliqué. Pour le coup, c’est moi qui fais le plus gros du boulot ! Sortez le transat et détendez-vous…  

  • Première étape : Présentation du projet 

Le premier contact se fait par mail, vous me présentez votre projet et m’expliquez brièvement ce que vous envisagez pour la suite afin que je puisse : soit valider votre choix de correction, soit vous réorienter vers un autre service plus adapté à votre demande. Je vous demanderai de m’envoyer un extrait de votre texte afin de prendre connaissance de la qualité de votre texte.  

  • Deuxième étape : Validation du devis et au boulot 

Je vous envoie un devis, mentionnant les différents points examinés et corrigés. Lorsque vous validez le devis, je me mets au travail et vous n’avez plus rien à faire.    À la fin de la correction, je vous enverrai un fichier avec le suivi détaillé des différentes modifications effectuées, et un fichier propre en format Word et PDF sans les marques de révision.    

 



4. Combien coûte une correction ?

 

Le tarif varie selon le nombre de signes (espaces compris) et selon la qualité de votre texte (il ne s’agit pas d’un jugement de valeur mais d’une appréciation d’heures de travail à fournir).

Avant de vous fournir un devis adapté à votre texte, il me faudra donc :

  • le nombre de signes/caractères (espaces compris)
  • un extrait de votre oeuvre (si possible, prélevé au milieu du texte)

  PS. Vous pouvez trouver le nombre de signes de votre texte dans Word en cliquant sur « Outils » puis « Statistiques » dans votre barre de menu.     

 


 

Si vous souhaitez en savoir plus sur mes services de correction, tarif, procédure, etc., je vous invite à me contacter en cliquant ci-dessous.  

 

 

En savoir plus

 

 

Ah oui, et n’oubliez pas de mettre un accent à vos À majuscules, ce n’est pas une option, c’est une faute.